Publications de l’atelier 3 – juillet-décembre 2017

  

Par ordre alphabétique du premier auteur

Chevalier D., 2017, Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah, Paris, Édition L’Harmattan, collection Géographie et cultures

Gras P., 2017, « Mondialisation et standardisation : le cas des métropoles portuaires », Les Annales de la Recherche Urbaine, n°113-décembre 2017, dossier « La ville standardisée »

Gras P., 2017, « Une ville confrontée aux défis de la modernisation des transports publics », Diagonal, n°200-juillet 2017, pp. 26-29

Montès Ch., Dufieux Ph., 2017, « Lyon embrasse la modernité. 1951-1980 », in Lyon sur le divan. Les métamorphoses d’une ville, Lyon, Gadagne Musées/Editions Libel, pp.123-149.

Montès Ch., Nédélec P., 2017, Gli Stati Uniti in 100 mappe, Gorizia, Leg Edizioni Srl

Prince, N., Verret A.-L., Jérôme Y., Bras A., 2017, « Gestion environnementale dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince : Entre le droit et la participation citoyenne. Le cas de Canaan », Haïti-Perspectives, n° 4. vol. 6.

Rautenberg M., Vedrine C. (dir.), 2017, Saint-Etienne, Ville imaginée : mineurs, artistes et habitants, Saint-Etienne, Éditions Puse

Vedrine C., 2017, « Communauté générationnelle imaginées dans un ancien quartier minier stéphanois », in Rautenberg M., Vedrine C. (dir.), Saint-Etienne, Ville imaginée : mineurs, artistes et habitants, Saint-Etienne, Éditions Puse, pp. 27-48.

Habiter les tours résidentielles : entre pratiques et représentations

Vendredi 22 juin 2018, 9h-17h, rue Chevreul, 69007 Lyon (salle à préciser)

Journée d’étude et atelier « Habiter les tours résidentielles : entre pratiques et représentations », organisée dans le cadre de la chaire Habiter Ensemble la Ville de Demain et des ateliers 3 et 6 de l’UMR 5600 EVS

Le cas des tours résidentielles, plus nombreuses et paradoxalement moins analysées que les tours de bureaux, dépeintes pour la plupart en tant qu’emblèmes d’un néo-libéralisme économique global (Dideln, 2010; Graham, 2015), invite aujourd’hui plus que jamais à « ouvrir les géographies de la ville tridimensionnelle » (Harris, 2014). (Re)trouvant une légitimité auprès des promoteurs et des municipalités comme avatars privilégié de la verticalisation, les tours résidentielles, plus que des artefacts, apparaissent comme des objets relationnels. La verticalité devient alors le produit d’une construction entre l’habitant et son environnement (Jacobs, 2005; Baxter, 2017), mobilisant pratiques, représentations et imaginaires. Face aux grilles d’analyse de l’urbain traditionnellement horizontales (Harris, 2014; Baxter, 2017), un « habiter vertical » spécifique en résulterait-il?

Cette journée d’étude, vouée à des échanges entre chercheurs, praticiens et étudiants, dans une perspective pluridisciplinaire, a pour ambition d’apporter des éléments de réponse et de fournir de nouvelles pistes de réflexion théoriques et méthodologiques à cette caractérisation des modes d’habiter de la ville verticale.

Liste des intervenants : Manuel Appert, Loïc Bonneval, Aurélien Gentil, Alexandre Chabardès, Louise Dorignon, Michel Lussault, Geoffrey Mollé

Inscription avant le 30 mai 2018 par mail à : Geoffrey.Molle@univ-lyon2.fr

Plus d’informations ici

Parution « Aux confluences de la ville. Approche interdisciplinaire de la ville en droit public »

Parution des actes du colloque « Aux confluences de la ville. Approche interdisciplinaire de la ville en droit public », organisé par l’Association des Doctorants en Droit Public de l’Université de Lyon (ADPL)

L’Association des Doctorants en Droit Public de l’Université de Lyon (ADPL) a publié, avec le soutien financier de l’Atelier 3 « Urbanisation et anthropoconstruction » les actes de son colloque du 7 avril 2016 « Aux confluences de la ville. Approche interdisciplinaire de la ville en droit public ».

Support et principale destinataire de nombreuses politiques publiques, la ville est encore rarement appréhendée en tant qu’objet du droit public.

Porté par un collectif de jeunes chercheurs, cet ouvrage scientifique propose dès lors un regard interdisciplinaire éclairant sur le traitement et les enjeux de la ville en droit public : comment la réalité physique, humaine, économique des espaces urbains est-elle prise en compte par le droit public ? Quels sont le rôle et l’influence de ce dernier dans la prise en compte des problématiques sociales et la structuration d’une société urbaine ? Comment repenser la ville à l’ère de la transition écologique ? La métropole constitue-t-elle une réponse adaptée pour l’appréhension des phénomènes urbains ?

Plus d’information sur l’ouvrage : http://facdedroit.univ-lyon3.fr/aux-confluences-de-la-ville–1134035.kjsp?RH=1233934189356

Le site de l’ADPL : https://www.facebook.com/asso.ADPL/

La figure de « l’usager » bouscule-t-elle l’ingénierie ? Construction et usages de la notion par les acteurs de la fabrique urbaine – lundi 26 mars 2018, programme

Réfection du soutènement en gabions suite à des incivilités. Parc Jacob Kaplan, Lyon, décembre 2015. ©Nina Cossais

Lundi 26 mars 2018, 14h-18h, Salle de la Rotonde, 6ème étage, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Séminaire organisé avec le GRINGAU Groupe de Recherche sur l’Ingénierie en Aménagement et Urbanisme (GRINGAU : https://gringau.wordpress.com/)

Contacts : collectif.gringau@gmail.com  /  nina.cossais@free.fr

Ce séminaire ambitionne d’identifier la manière dont l’ingénierie, au sens large, mobilise ou est mobilisée par la figure de « l’usager » dans le cadre de ses interactions avec les autres acteurs de la fabrique de la ville. Tous ces acteurs mobilisent en effet des « porte-paroles », humains ou non humains, capables de faire exister un « usager » (dont il convient de circonscrire les différentes figures) qui peut avoir voix au chapitre.

Comment cette figure renouvelle-t-elle (ou non) les pratiques des concepteurs, entreprises et de leurs partenaires ? Comment, quand et dans quel but est-elle mobilisée ? Dans quelle mesure modifie-t-elle la distribution des rôles au sein de ce que les acteurs identifient comme une chaîne « amont-aval » des projets ? Correspond-elle à une vision techniciste et permet-elle à une ingénierie « problem solver » de se déployer suite à la définition d’un « besoin » d’un « usager » ? Remet-elle en cause la chaîne des interventions, leur temporalité, la rationalité de la conception en introduisant de nouvelles méthodes qualifiées de bottom up, participatives ou collaboratives ? À quelles normes de comportement fait-elle référence et a contrario à quelles déviances ? Dans quelle mesure met-elle à l’agenda la question de la gestion et des gestionnaires des espaces en production ?

Programme

14h-14h30 : Introduction du séminaire, organisateurs de l’atelier 3 d’EVS, Guillaume Lacroix (LAVUE) et Emma Thébault (Géo-cités)

14h30-15h10 : L’intégration des usagers dans le processus de projet urbain du quartier du Pile à Roubaix, Pauline Chavassieux (EVS)

15h10-15h50 : « Corrigeons Mario Botta » : microtransformations d’une médiathèque trentenaire, Nolwenn Le Goff (EVS)

Discutants : Matthieu Adam (LAET – EVS) et Silvère Tribout (PACTE)

Pause

16h10-16h50 : L’usager, perturbateur de la ville fabriquée ?, Sebastien Ah-Leung (EVS) et Nina Cossais (CITERES – EVS)

16h50-17h30 : L’ingénierie au prisme des figures de « l’usager », Nicolas Bataille (CITERES – AAU CRENAU), Guillaume Lacroix (LAVUE) et Sarah Thiriot (PACTE)

Discutants : Matthieu Adam (LAET – EVS) et Silvère Tribout (PACTE)

17h30-17h45 : Débat, conclusion

17h45-18h : Point de vue d’un grand témoin professionnel : Laurence Roux-Moschetto (Métropole de Lyon)

Plus d’informations et résumé des interventions ici