Du projet urbain à l’urbanisme comme œuvre d’art : la cité industrielle face à l’Unesco

Les Cafés du LAURE avec Lucie Morisset

Jeudi 15 novembre 2018, 12h45-13h15, Les Cafés du Laure, LAURE-EVS, ENSAL, 3 rue Maurice Audin, 69512 Vaulx-en-Velin

Ces dernières années, un nombre croissant de villes et de cités industrielles planifiées, souvent dites « company towns » en Amérique et dans divers coins du monde, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco : en France, c’est le cas, par exemple, du très vaste ensemble du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dont les milliers d’habitation, les paysages diversifiés et les enjeux de conservation défient l’imagination et interpellent les idéaux patrimoniaux traditionnels, comme les manchettes l’ont récemment rappelé.

Au Québec, parmi les candidates pressenties, se trouve Arvida, crée et construite par l’Aluminum Company of Canada, de 1925 à 1950, qui dispose aujourd’hui du plus haut statut de reconnaissance patrimoniale décerné par les gouvernements du Québec et du Canada et qui, pour l’anecdote historique, reste la plus proche cousine connue de la Cité industrielle de Tony Garnier. Vaste cité conçue sur un territoire de 2400 hectares, Arvida échappe évidemment, comme bon nombre de projets urbains du XXe siècle, à la figure du monument isolé et unique qui anime toujours l’institution patrimoniale, que reflètent d’ailleurs les critères de l’Unesco; pourtant, bien qu’elle en soit un exemplaire exceptionnel, elle appartient clairement à l’héritage du XXe siècle et représente avec panache le legs de la civilisation industrielle à l’histoire planétaire. Comment reconnaître et protéger à leurs juste valeur les projets urbains du XXe siècle dont, au premier plan, ces « company towns » qui ont parsemé la planète? À partir du cas d’Arvida et d’autres cités industrielles planifiées dans le monde, discussion propose de repenser l’urbanisme et les projets urbains « modernes » dans le champ du patrimoine, particulièrement, mais non seulement, à partir de la critérologie du patrimoine mondial, et en tenant compte des défis de conservation que cela soulève pour les collectivités territoriales qui en ont de plus en plus la charge.

Contact : Corine.vedrine@lyon.archi.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.