Archives de l’auteur : Sophie Vareilles

Activités sociales et environnements urbains : quels effets sur les pollutions urbaines et les enjeux de santé publique ? – programme et inscription

1-8-13, nouvelles boîtes à ordures [dépôt des poubelles sur le trottoir dans les rues de Paris] : [photographie de presse] / [Agence Rol], 1913, via Gallica

MISE À JOUR 13/03/2020 : SÉMINAIRE REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

Mercredi 25 mars, 9h-17h, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire organisé par Sophie Vareilles

Séminaire organisé dans le cadre du projet ANSES IOUQMER et avec le soutien de la composante EVS-INSA

Ce séminaire interroge les rapports entre activités sociales, environnements urbains et pollutions  – que ces activités soient de production, de consommation ou d’usage. De quelles manières les environnements urbains et les objets qui les composent (constructions, mobiliers urbains, équipements, objets personnels, etc.) affectent-ils les pratiques sociales, sources des pollution du sol, de l’air et de l’eau ? Quel est leur rôle dans les pollutions observées et l’observation de ces pollutions ? Comment est-il intégré dans les politiques visant les pollutions et celles de santé publique ? Par qui ? Etc.

Pour réfléchir à ces questions , nous avons pris le parti de solliciter des chercheurs de différentes disciplines (urbanisme, sociologie, sciences politiques, microbiologie, etc.). Il s’agira ainsi de confronter des cadres d’analyse, des terrains de recherche, des méthodes d’enquête et des résultats pluriels afin de travailler les rapports entre activités sociales, objets, environnements urbains, pollutions et santé.

Programme

Continuer la lecture

Activités sociales et environnements urbains : quels effets sur les pollutions urbaines et les enjeux de santé publique ?

1-8-13, nouvelles boîtes à ordures [dépôt des poubelles sur le trottoir dans les rues de Paris] : [photographie de presse] / [Agence Rol], 1913, via Gallica

MISE À JOUR 13/03/2020 : SÉMINAIRE REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

Mercredi 25 mars, 9h-17h, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire organisé par Sophie Vareilles

Ce séminaire interroge les rapports entre activités sociales, environnements urbains et pollutions  – que ces activités soient de production, de consommation ou d’usage. De quelles manières les environnements urbains et les objets qui les composent (constructions, mobiliers urbains, équipements, objets personnels, etc.) affectent-ils les pratiques sociales, sources des pollution du sol, de l’air et de l’eau ? Quel est leur rôle dans les pollutions observées et l’observation de ces pollutions ? Comment est-il intégré dans les politiques visant les pollutions et celles de santé publique ? Par qui ? Etc.

Pour réfléchir à ces questions , nous avons pris le parti de solliciter des chercheurs de différentes disciplines (urbanisme, sociologie, sciences politiques, microbiologie, etc.). Il s’agira ainsi de confronter des cadres d’analyse, des terrains de recherche, des méthodes d’enquête et des résultats pluriels afin de travailler les rapports entre activités sociales, objets, environnements urbains, pollutions et santé.

Intervenants

Continuer la lecture

Observer, filmer, analyser la ville : discussion autour des pratiques de chercheurs-réalisateurs – le programme

MISE À JOUR 15/04/2020 : SÉMINAIRE REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

Mardi 5 mai, 14h-17h, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire organisé par Sophie Vareilles

Ce séminaire propose de revenir sur nos pratiques de recherche à partir des pratiques de chercheurs-réalisateurs. Il s’inscrit dans la continuité de la journée d’étude organisée en 2018, « L’œil des chercheurs – les pratiques photographiques dans les études urbaines ».

De quelles manières le recours au film et à la réalisation modifie-t-il les pratiques de recherche par rapport à des méthodes d’enquête plus traditionnelles (par ex. observations in situ, entretiens enregistrés, analyse d’archives) ? Renouvelle-t-il les données et les analyses produites sur la ville et les processus d’urbanisation ? Les pratiques des chercheurs-réalisateurs changent-elles les rapports entre enquêteurs-enquêtés, chercheurs-publics ? Peuvent-elles participer des « sciences participatives » ? Quelles difficultés soulèvent-elles ? Comment sont-elles reconnues par les institutions de l’enseignement supérieur et recherche (CNU, CNRS, Université, etc.) ? Etc.

Intervenants

Continuer la lecture

Les objets derrière les objets – le programme

Lyon ©G. Mollé, 2019

MISE À JOUR 16/03/2020 : SÉMINAIRE REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

Vendredi 3 avril, 9h30-12h30, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire organisé par Geoffrey Mollé (EVS/IRG) et Pauline Chavassieux (EVS/ISTHME)

Constitutive de toute recherche scientifique, la montée en généralité désigne le processus par lequel l’objet de recherche, physique ou non, est dépassé par la réflexion dans son rattachement aux enjeux de société. Or, en tant qu’ultime phase de la recherche, la montée en généralité est tributaire d’un travail analytique du/de la chercheur/se à une échelle plus fine que celle de l’objet de recherche. Il s’agit de la plongée dite « en entonnoir » vers les dimensions sous-jacentes de l’objet de départ. C’est en déconstruisant son objet de recherche en un système de sous-objets qui le produisent, que le/la chercheur/se le complexifie, à mesure qu’il/elle le maîtrise. Se pose dès lors la question du lien inaltérable entre la plongée vers le particulier et la montée en généralité dans la production du savoir scientifique. Selon quelles modalités la focalisation de l’attention du/de la chercheur/se sur les sous-objets qui composent et produisent leur objet de recherche est-elle susceptible de lui faire dépasser ce même-objet ? Et à partir de quel moment ?

Au carrefour entre les séminaires thématiques sur les objets et les cuisines de la recherche, la demi-journée d’étude vise à stimuler la réflexion des jeunes chercheur/ses sur les aspects « méta » de la montée en généralité. Elle prendra la forme d’une succession de trois présentations de la part de doctorant/es dont les supports de recherche, aussi variés que leurs ancrages disciplinaires, seront justement mis en discussion dans une perspective transdisciplinaire. Pourront-être mobilisés à cet effet des supports de restitution variés, schémas, cartes mentales, ou tout autre outil à caractère expérimental.

Programme

Continuer la lecture

Science-fiction et mondes urbains

Colloque Stella Incognita

MISE À JOUR 03/04/2020 : COLLOQUE REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

1-2-3 avril 2020

Amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et de la Culture (MILC), 35 rue Raulin, 69007 Lyon

Avec le soutien de la société savante Stella Incognita, du laboratoire Environnement, Ville, Société (EVS, UMR 5600) et de l’École Urbaine de Lyon – Études Urbaines Anthropocènes (EUL)

Coordinateurs : Jérôme Goffette, Danièel André, Alfonso Pinto, Université Cl. Bernard Lyon 1, EVS (UMR 5600)

Présentation

Depuis quelques années, l’hypothèse d’un nouvel âge géologique – l’Anthropocène – commence à susciter de nombreuses réflexions non seulement au sein de sciences de la vie et de la terre, mais aussi dans les sciences humaines et sociales. Qu’elle soit une hypothèse ou une certitude, une notion ou un concept, l’Anthropocène fait des mondes urbains – considérés à la fois comme réalisations et fabulations – son territoire par excellence. Si les villes portent une histoire, elles sont toujours aussi des projets, voire des rêveries. On se souvient bien sûr des célèbres pages que Victor Hugo et Émile Zola consacrèrent à Paris dans Notre Dame de Paris (1831) et Le Ventre de Paris (1873). À l’époque de ces romans, Paris était un immense chantier à ciel ouvert. La capitale française se métamorphosait sous le triple effet de la révolution industrielle, de l’exode rural, puis du programme « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie » impulsé par le baron Haussmann (1852-1870). La métropole changeait de visage pour s’orner d’un nez singulier, la Tour Eiffel (1889). Ce qui vient d’être dit sur Paris fait écho aux visages tout aussi emblématiques d’autres villes, comme New York, Tokyo, Mexico, Bangkok, Lagos, Londres, Berlin, Rome, et leurs devancières Byzance-Constantinople-Istanbul, Alexandrie, Babylone, etc. La ville, artefact par excellence, objet de plans propres et nets, mais aussi lieu habité et vécu, est ainsi, toujours, un creuset où bouillonnent sciences, fictions et vies humaines – intimement mêlées.

Continuer la lecture