La figure de « l’usager » bouscule-t-elle l’ingénierie ? Construction et usages de la notion par les acteurs de la fabrique urbaine – lundi 26 mars 2018, programme

Réfection du soutènement en gabions suite à des incivilités. Parc Jacob Kaplan, Lyon, décembre 2015. ©Nina Cossais

Lundi 26 mars 2018, 14h-18h, Salle de la Rotonde, 6ème étage, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Séminaire organisé avec le GRINGAU Groupe de Recherche sur l’Ingénierie en Aménagement et Urbanisme (GRINGAU : https://gringau.wordpress.com/)

Contacts : collectif.gringau@gmail.com  /  nina.cossais@free.fr

Ce séminaire ambitionne d’identifier la manière dont l’ingénierie, au sens large, mobilise ou est mobilisée par la figure de « l’usager » dans le cadre de ses interactions avec les autres acteurs de la fabrique de la ville. Tous ces acteurs mobilisent en effet des « porte-paroles », humains ou non humains, capables de faire exister un « usager » (dont il convient de circonscrire les différentes figures) qui peut avoir voix au chapitre.

Comment cette figure renouvelle-t-elle (ou non) les pratiques des concepteurs, entreprises et de leurs partenaires ? Comment, quand et dans quel but est-elle mobilisée ? Dans quelle mesure modifie-t-elle la distribution des rôles au sein de ce que les acteurs identifient comme une chaîne « amont-aval » des projets ? Correspond-elle à une vision techniciste et permet-elle à une ingénierie « problem solver » de se déployer suite à la définition d’un « besoin » d’un « usager » ? Remet-elle en cause la chaîne des interventions, leur temporalité, la rationalité de la conception en introduisant de nouvelles méthodes qualifiées de bottom up, participatives ou collaboratives ? À quelles normes de comportement fait-elle référence et a contrario à quelles déviances ? Dans quelle mesure met-elle à l’agenda la question de la gestion et des gestionnaires des espaces en production ?

Programme

14h-14h30 : Introduction du séminaire, organisateurs de l’atelier 3 d’EVS, Guillaume Lacroix (LAVUE) et Emma Thébault (Géo-cités)

14h30-15h10 : L’intégration des usagers dans le processus de projet urbain du quartier du Pile à Roubaix, Pauline Chavassieux (EVS)

15h10-15h50 : « Corrigeons Mario Botta » : microtransformations d’une médiathèque trentenaire, Nolwenn Le Goff (EVS)

Discutants : Matthieu Adam (LAET – EVS) et Silvère Tribout (PACTE)

Pause

16h10-16h50 : L’usager, perturbateur de la ville fabriquée ?, Sebastien Ah-Leung (EVS) et Nina Cossais (CITERES – EVS)

16h50-17h30 : L’ingénierie au prisme des figures de « l’usager », Nicolas Bataille (CITERES – AAU CRENAU), Guillaume Lacroix (LAVUE) et Sarah Thiriot (PACTE)

Discutants : Matthieu Adam (LAET – EVS) et Silvère Tribout (PACTE)

17h30-17h45 : Débat, conclusion

17h45-18h : Point de vue d’un grand témoin professionnel : Laurence Roux-Moschetto (Métropole de Lyon)

Plus d’informations et résumé des interventions ici

Accueil de Wided Guedoudj, 3-17 mars 2018

Wided Guedoudj ©Guedoudj

Accueil de Wided GUEDOUDJ, LACOMOFA/Université de Biskra, Institut d’Architecture et d’Urbanisme/Université de Batna 1, 3-17 mars 2018

La composante INSA d’EVS accueille, du 3 au 17 mars 2018, Wided Guedoudj, architecte, enseignante «maitre assistante » à l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de Batna 1.

Mme Guedoudj est chercheure affiliée au Laboratoire de COnception et de MOdélisation des Formes Architecturales et urbaines (LACOMOFA) à l’université de Biskra en Algérie. Elle est également chercheure associée au Laboratoire de Psychologie de l’Usager de la Route (LPUR) à l’université de Batna 1 (Algérie).

Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en architecture, urbanisme et aménagement de l’espace sur les usages et les pratiques locales des espaces publics urbains à travers l’appropriation des objets et des dispositifs techniques et spatiaux quotidiens de l’urbain.

Site du LPUR : http://lab.univ-batna.dz/lpur/

Site de l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de Batna 1 : http://archi.univ-batna.dz/

Contact : widedguedoudj@yahoo.fr

La figure de « l’usager » bouscule-t-elle l’ingénierie ? Construction et usages de la notion par les acteurs de la fabrique urbaine

Réfection du soutènement en gabions suite à des incivilités. Parc Jacob Kaplan, Lyon, décembre 2015. ©Nina Cossais

Lundi 26 mars 2018, 14h-18h, Salle de la Rotonde, 6ème étage, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Séminaire organisé avec le Groupe de Recherche sur l’Ingénierie en Aménagement et Urbanisme (GRINGAU : https://gringau.wordpress.com/)

Contacts :  collectif.gringau@gmail.com  /  nina.cossais@free.fr

Le GRINGAU découle de la volonté de questionner à nouveaux frais les évolutions de l’ingénierie dans le champ de l’aménagement, l’urbanisme et la construction. Dans ce cadre, nous avons souhaité initier un cycle de séminaires itinérants auprès de laboratoires français en SHS. Après une séance au LAVUE à Paris sur le rapport de l’ingénierie au(x) client(s) et une séance au CRENAU à Nantes sur le rapport entre recherche en SHS et ingénierie, nous organisons une séance à EVS sur la mobilisation des figures de « l’usager » dans les processus de l’ingénierie urbaine.

Les séminaires précédents du GRINGAU ont mis en avant l’hétérogénéité, voire le flou du terme d’« ingénierie » dans la fabrique de la ville. Selon les acceptions, peu ou prou liées à l’idée d’une approche « technique » et rationnelle, elle recouvre des acteurs variés, inscrits à l’amont (définition, conception) ou à l’aval (gestion, appropriation) des processus de projet. Dans le cadre des marchés publics et privés, on pourrait notamment identifier à cette catégorie mouvante les bureaux d’études et de conseils, les services des collectivités et même certaines entreprises de travaux. Traversant les groupes de professionnels, des prémisses d’une politique urbaine aux usages de l’espace produit, l’ingénierie vient cependant rencontrer une figure émergente et désormais incontournable de ce domaine : la figure de « l’usager ». L’ingénierie se trouve en effet à l’articulation entre un maître d’ouvrage exprimant une volonté d’aménager (souvent identifié à un « besoin »), et les attentes et contraintes de ceux qui interagiront avec ces espaces, qu’ils soient notamment considérés comme futurs usagers ou gestionnaires.

Ce séminaire ambitionne d’identifier la manière dont l’ingénierie, au sens large, mobilise ou est mobilisée par cette figure de « l’usager » dans le cadre de ses interactions avec les autres acteurs de la fabrique de la ville. Tous ces acteurs mobilisent en effet des « porte-paroles », humains ou non humains, capables de faire exister un « usager » (dont il convient de circonscrire les différentes figures) qui peut avoir voix au chapitre.

Continuer la lecture

Accueil d’une délégation brésilienne / Observatoire Cearence des Cultures Alimentaires

Accueil d’une délégation brésilienne pilotée par Kadma MARQUES (UECE), coordinatrice de l’Observatoire Cearence des Cultures Alimentaires (OCCA), 3-18 mars 2018

Nous participons du 3 au 18 mars 2018 à l’accueil d’une délégation brésilienne pilotée par Kadma Marques, Professeure à l’Université de l’Etat de Ceará (UECE) et coordinatrice de l’Observatoire Cearence des Cultures Alimentaires (OCCA).

L’OCCA est une entité avec un profil multidisciplinaire et interinstitutionnel, créée en 2017. Ses activités sont établies sur trois axes d’action : la formation, la recherche et l’intervention. A ce titre, dans le domaine de la formation, l’OCCA contribue à l’élaboration d’un projet de master Professionnel en Gastronomie et Développement – qui est actuellement en phase d’évaluation par le CAPES (Coordination de Perfectionnement du Personnel de l’Enseignement Supérieur du Gouvernement Fédéral Brésilien). Ce master, professionnel et interdisciplinaire, abrite deux lignes de recherche qui dialoguent à partir de la conception de la culture alimentaire en tant qu’élément de développement soutenable.

La présence de Kadma Marques à Lyon s’inscrit dans la création et le développement du master mentionné et la présentation des activités de l’OCCA. Elle permettra d’envisager une collaboration tripartite entre l’OCCA/l’université de l’Etat de Ceará-UECE, l’Institut Paul Bocuse (IPB) et l’Université Lyon 2.

Kadma Marques ©Sabrina Araújo

Pour cette visite K. Marques sera accompagnée d’une de ses doctorantes, Sylene Ruiz, et de deux de ses collègues, Pr. Roberto Araújo, Professeur de Gastronomie à l’UECE et Pr Geovani Jacó de Freitas, également membres de l’OCCA et chercheurs travaillant sur la ville et les mondes urbains.

Des réunions sont prévues avec les responsables de l’IPB, notamment les collègues du centre de recherche, ainsi que les collègues responsables des ateliers et composantes d’EVS.

Pour plus d’information et participation aux réunions, contactez Jorge Santiago : santjor@wanadoo.fr et/ou 06.27.22.24.82

Parution d’ « Imaginaires de la vi(ll)e en hauteur », numéro spécial de Géographie et cultures

Parution d’un numéro spécial de Géographie et cultures, « Imaginaires de la vi(ll)e en hauteur », numéro coordonné par Manuel Appert (EVS), Christian Montès (EVS) et Martine Drozdz (LATTS)

Ce numéro de Geographie et cultures propose de renverser nos facons de faire de la geographie et d’aller explorer la boîte noire de la ville tridimensionnelle. Les textes reunis ici explorent les imaginaires qui accompagnent, inspirent ou décrient la prise de hauteur de nos environnements urbains. Depuis les hauteurs aériennes d’où les urbanistes appréhendent la ville et ses ramifications métropolitaines, jusqu’au point de vue que les habitants et les organisations culturelles construisent sur le patrimoine architectural des Trente Glorieuses, en passant par les récits de science-fiction et le cinéma hollywoodien, les auteurs et auteures de ce numéro proposent un panorama diversifie d’objets et de méthodes pour rendre compte des multiples facettes des imaginaires de la vi(ll)e verticale.

Plus d’information ici