Archives de l’auteur : Sophie Vareilles

Migration, anthropologie médicale clinique et psychiatrie transculturelle (la prise en charge des migrants au Centre Minkowska)

Mercredi 21 novembre 2018, salle Marc Bloch, MSH, 14 av. Berthelot, 69003 Lyon
 / jeudi 22 novembre 2018, salle E1020, Campus PDA, 5 av. Pierre Mendès-France, 69500 Bron

Journée d’études et conférence organisées par  J. P. Santiago, S. Larchanche et M.-J. Bourdin

Dans le cadre d’un partenariat entre le département d’anthropologie (UFR ASSP) de l’Université Lumière Lyon 2 et le Centre Françoise Minkowska impliquant la formation, la recherche et l’insertion professionnelle des étudiants, cette journée d’études vise à réunir des chercheur.es et des professionnel.les venant de l’anthropologie et de la psychiatrie se consacrant aux migrations contemporaines dans une dynamique pluridisciplinaire.

A partir de l’appréhension anthropologique et médicale, il s’agira de réfléchir sur les déterminants sociaux de la santé, et notamment de la santé mentale en situation migratoire, tout en considérant l’enjeu de santé publique que représente la gestion de l’accueil et la prise en charge des migrants et réfugiés en situation de souffrance psychique.

Il s’agira également, en prenant en compte les traumatismes et les vulnérabilités cumulées ainsi que l’imbrication des problématiques qui perturbent le cadre clinique des professionnels de santé, d’interroger les spécificités culturelles, psychopathologiques, contextuelles à prendre en considération ainsi que les particularités des nouveaux courants migratoires, les souffrances des patients accueillis et la pertinence ou l’inadéquation des modalités « classiques » d’intervention.

Programme

Contact : Jorge P. Santiago, santjor@wanadoo.fr

The first repatriation (1920-30) and it’s influence on the urban planning and architecture of Yerevan

Les migrations des rescapés de 1915 vers l’Est – fond de carte issu des archives nationales, retravaillé par E.Harutunyan

Lundi 19 novembre 2018, 14h-16h, salle 604, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Intervention d’Emma HARUTYUNYAN, PhD, Associate professor, National University of Architecture and Construction of Armenia

Séminaire conjoint avec l’atelier 6

Contact : Suzanne Monnot, suzanne.monnot@lyon.archi.fr

Détail de façade : « oriel » à l’ancienne Arabkir (dans l’actuelle Turquie) ©R. Petrossyan

The Armenian Diaspora began to be formed from Middle Ages, but it has more increased after a Genocide. Stopping in the different countries, the builder Armenians have created the big and small colonies, were accepted to construction of the habitation, the centers of belief and education. But the true native land has remained in hearts of people, the homesickness which has increased in mass repatriation has appeared. The Soviet Armenia was considered as the sacred Native land of all Armenians.

Lausanne conference in 1922-1923 became solving in orientation to the Soviet Armenia after which,due to diligence of the western powers and Turkey, the Armenian Question appeared in impasse.

Continuer la lecture

L’œil des chercheur.e.s – les pratiques photographiques dans les études urbaines

Le quartier Confluence, Lyon, 2011 ©A.-S. Clémençon

Lundi 26 novembre 2018, 9h00-17h30, ENS-site Descartes, amphi Descartes (matin) / Halles du Faubourg (après-midi), 69007 Lyon

Journée d’étude organisée avec l’ENS de Lyon, le LabEx IMU et l’Ecole urbaine de Lyon

Cette journée vise à interroger les pratiques photographiques des chercheur.e.s dans une perspective pluridisciplinaire : la production et l’usage de la photographie urbaine, comme à la fois objet de recherche et dispositif méthodologique et esthétique, seront plus particulièrement discutés.

Elle est organisée en 4 temps :

  • faire parler la ville
  • documenter la ville
  • éditer la photographie de chercheur.e.s-photographes
  • ma thèse en cinq photographies

L’inscription est gratuite, mais obligatoire : elle se fait jusqu’au 9 novembre à partir de ce lien.

Contacts : Manuel Appert, Sophie Vareilles

***

Programme détaillé

9h00 : Accueil café

SESSION 1 – FAIRE PARLER LA VILLE

9h15-9h30 – François Duchêne, EVS-RIVES, ENTPE, UMR 5600, Université de Lyon, Recherche urbaine : travailler avec des photographies et des photographes

9h30-9h45 – Emmanuel Martinais, EVS-RIVES, ENTPE, UMR 5600 et David Desaleux, photographe indépendant, Retour sur une enquête photosociologique au cœur de la cité administrative de Lyon

9h45-10h15 – Discussion (discutant J. Ballesta)

Continuer la lecture

Du projet urbain à l’urbanisme comme œuvre d’art : la cité industrielle face à l’Unesco

Les Cafés du LAURE avec Lucie Morisset

Jeudi 15 novembre 2018, 12h45-13h15, Les Cafés du Laure, LAURE-EVS, ENSAL, 3 rue Maurice Audin, 69512 Vaulx-en-Velin

Ces dernières années, un nombre croissant de villes et de cités industrielles planifiées, souvent dites « company towns » en Amérique et dans divers coins du monde, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco : en France, c’est le cas, par exemple, du très vaste ensemble du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dont les milliers d’habitation, les paysages diversifiés et les enjeux de conservation défient l’imagination et interpellent les idéaux patrimoniaux traditionnels, comme les manchettes l’ont récemment rappelé.

Au Québec, parmi les candidates pressenties, se trouve Arvida, crée et construite par l’Aluminum Company of Canada, de 1925 à 1950, qui dispose aujourd’hui du plus haut statut de reconnaissance patrimoniale décerné par les gouvernements du Québec et du Canada et qui, pour l’anecdote historique, reste la plus proche cousine connue de la Cité industrielle de Tony Garnier. Vaste cité conçue sur un territoire de 2400 hectares, Arvida échappe évidemment, comme bon nombre de projets urbains du XXe siècle, à la figure du monument isolé et unique qui anime toujours l’institution patrimoniale, que reflètent d’ailleurs les critères de l’Unesco; pourtant, bien qu’elle en soit un exemplaire exceptionnel, elle appartient clairement à l’héritage du XXe siècle et représente avec panache le legs de la civilisation industrielle à l’histoire planétaire. Comment reconnaître et protéger à leurs juste valeur les projets urbains du XXe siècle dont, au premier plan, ces « company towns » qui ont parsemé la planète? À partir du cas d’Arvida et d’autres cités industrielles planifiées dans le monde, discussion propose de repenser l’urbanisme et les projets urbains « modernes » dans le champ du patrimoine, particulièrement, mais non seulement, à partir de la critérologie du patrimoine mondial, et en tenant compte des défis de conservation que cela soulève pour les collectivités territoriales qui en ont de plus en plus la charge.

Contact : Corine.vedrine@lyon.archi.fr

L’expérience urbaine vue par trois chercheurs brésiliens : Katia Canova, Edson Leite Ribeiro, Marcele Trigueiro

Brasilia, 2007 ©J.-Y. Toussaint

Séminaire

Jeudi 20 décembre 2018, 9h-12h, salle 604, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Ce séminaire porte sur l’expérience urbaine brésilienne à partir des recherches de 3 chercheurs brésiliens, actuellement hébergés au sein de notre laboratoire : Katia Canova (USP), Edson Leite Ribeiro (Centro Universitário Euro Americano – UNIEURO/Ministério das Cidades) et Marcele Trigueiro (UFPB). Il a pour objectif d’informer sur la situation urbaine brésilienne, de donner à voir des travaux de chercheurs brésiliens et d’esquisser des confrontations entre des expériences et des cadres d’analyses pluriels. 

Interventions

Katia Canova, « L’urbanité et l’utilisation des SIG dans la planification urbaine locale – Construction d’une méthodologie pour choisir les lieux d’application de la troisième phase du programme Centro Aberto (SPUrbanismo) à la ville de São Paulo »

Edson Leite Ribeiro, « Projets et travaux publics sur le logement social et urbanité : les cas de l’urbanisation de l’ensemble de  favelas do Alemão – Rio de Janeiro et du parc de logement social Paranoa – Brasilia »

Marcele Trigueiro, « Le défi de l’urbanité face à la marchandisation de l’espace urbain. Une étude de cas, à João Pessoa – Brésil »