Archives de catégorie : Séminaire « ouvert »

Séminaire « L’usage du concept de ‘territoires de l’attente’ dans les études sur les déplacements humains »

Fritz Freudenheim, Von der alten Heimat zu der neuen Heimat!, 1938 © Jewish Museum, Berlin

A venir : mardi 14 novembre 2017, 9h-12h, Amphi B, Université Lyon 2, campus de Bron

Intervention de Laurent Vidal, Université de la Rochelle/Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine/Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique

Séminaire organisé avec l’atelier 6 et la composante Corps Travail Territoire (CTT) de l’UMR

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente. Cette conférence présentera les conclusions de l’ANR TERRIAT (« Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2015), la multiplicité de formes que revêtent les territoires de l’attente, leurs statuts, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Biographie de Laurent Vidal

Laurent Vidal, né en 1967, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble et titulaire d’un doctorat en histoire (IHEAL-Paris III). Il est Professeur des Universités en histoire à l’Université de La Rochelle et Directeur de Recherche à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine (Université de Paris III). Il est également directeur-adjoint du Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique. Il a été professeur invité de l’Université Fédérale de Goiás (Brésil, 2000), de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (2008, 2017) et de l’Université d’Etat de São Paulo (2011).

Continuer la lecture

Séminaire « Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner »

Mercredi 11 mai 2016, 14h-17h, IUT Lyon 3, salle 104, 88 rue Pasteur , 69007 Lyon

Séminaire autour de l’ouvrage d’Anne Raulin paru aux éditions le Bord de l’Eau, 2016. Intervention d’Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense)

Séminaire conjoint avec l’atelier 6

L’après-Seconde Guerre mondiale a vu aux Etats-Unis une mobilisation des sciences humaines – associant chercheurs européens (Adorno, Horkheimer, etc.) et américains – dans le but de comprendre les causes de l’antisémitisme et du racisme et leurs conséquences sur la société. Dans ce contexte, Kardiner, psychanalyste formé auprès de Freud et promoteur du rapprochement entre psychanalyse et anthropologie, a cherché à mesurer l’impact de la hiérarchie raciale et sociale sur le psychisme et dans l’inconscient de ceux qu’elle opprime. Inventant une méthodologie psychobiographique entre cure analytique et enquête sociale, il en révèle les effets dévastateurs dans la relation entre Noirs et Blancs.

Afin de donner à cette œuvre sa puissance d’interpellation, Anne Raulin a établi une biographie originale de Kardiner, en l’inscrivant dans sa synergie intellectuelle entre Harlem Renaissance et Black Empowerment.

Articuler anthropologie, sociologie et psychanalyse dans l’approche des questions communes aux grandes métropoles contemporaines, aux Etats-Unis comme ailleurs, semble plus que jamais nécessaire. En France tout particulièrement, cette conception d’un rapport dynamique entre individus et sociétés avait pu inspirer des auteurs aussi divers que Merleau-Ponty, Balandier, Bastide ou Bourdieu et, à sa façon, Simone de Beauvoir.

L’actualité ne donne-t-elle pas à l’œuvre pionnière de Kardiner un nouvel écho ?

Anne Raulin est professeure à l’Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense. Spécialiste d’anthropologie urbaine, elle a publié plusieurs ouvrages. Ses recherches ont porté alternativement sur New York et Paris, les temporalités et les minorités urbaines. Elle s’attache aussi à situer la personnalité d’auteur-e-s qui ont en leur temps transformé l’exercice de l’anthropologie.

Site de l’éditeur : http://www.editionsbdl.com/fr/books/les-traces-psychiques-de-la-domination.-essai-sur-kardiner/534/

Séminaire « Du droit à la ville au faire-ville. L’anthropologue, la marge et le centre »

Mercredi 2 mars 2016, 14h-17h, IUT Lyon 3, salle 101, 88, rue Pasteur, 69007 Lyon

Intervention de Michel Agier (EHESS, IRD)

Séminaire conjoint avec l’atelier 7

Michel Agier définit l’anthropologie de la ville comme l’exploration des situations, des lieux et des mouvements qui « font ville » et ainsi mettent en œuvre, ici et maintenant, un idéal de droit à la ville. Dans ce cadre théorique, certaines pratiques polémiques ou minoritaires (invasions, occupations) prennent un sens radical, car elles font naître – à partir des marges, des frontières, du précaire et du désordre – un désir vers un horizon de ville imaginée.

Michel Agier est anthropologue, Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et Directeur de Recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain. Ses recherches portent sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l’exil, et la formation de nouveaux contextes urbains. Il a notamment publié La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (éditions La Découverte, 2013, traductions en anglais, espagnol et portugais), Un Monde de Camps (sous sa direction, La Découverte, 2014) et Anthropologie de la ville (PUF, 2015).

Séminaire autour de Cristiane Rose Duarte

Jeudi 7 janvier 2016, 14h-16h, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Intervention de Cristiane Rose Duarte (Laboratoire Architecture, Subjectivité et Culture / Université Fédérale de Rio de Janeiro)

Le Laboratoire Architecture, Subjectivité et Culture (LASC), lié au Programme Doctoral en Architecture de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, est un groupe de recherches qui s’efforce de comprendre les caractéristiques des ambiances de la ville, de façon à repérer les significations et les images urbaines composées par l’identité individuelle et collective.

Si nous comprenons l’environnement bâti comme une matérialisation des cultures et des subjectivités, il devient impossible d’ignorer l’engagement affectif et les bases de construction identitaire suscités par les lieux. Mais comment procéder à des analyses de ces lieux? En vue de répondre à cette question, le LASC s´efforce de développer des méthodologies de recherche dédiées aux chercheurs en architecture et urbanisme, en empruntant aux sciences humaines (notamment à l’anthropologie et à la psychologie) quelques outils à caractère interdisciplinaire.

Cet exposé montrera quelques-unes des méthodologies développées par le LASC de manière à contribuer au débat propre à la thématique de la VILLE, celle-ci étant traitée comme un espace de communication et de production de messages et comme un agent de parcours mémoriels.