Archives de catégorie : Séminaire “ouvert”

The challenges of interdisciplinary research on accessibility in the built environment

Mardi 4 juin 2019, 10h-12h, salle de réunion GCU, bâtiment Freyssinet (1er étage), INSA Lyon, 8 rue des sports, 69100 Villeurbanne

Conférence d’Angelina COSTA, Université Fédérale de Paraiba (Brésil)

Résumé

Accessibility understood as a category of the quality of the built environment, in its broad sense, considering the perception, understanding and use of spaces,from a user-centered design approach

The existence of spaces “free of barriers” does not contemplate the set of aspects that involve the accessibility in building environment. It is necessary to consider other dimensions: communicational, methodological, instrumental, programmatic and attitudinal; as important as the architectural one; and allow the user to understand their function, organization and spatial relationships, as well as to perceive and participate in the activities that occur there. Brazilian legislation provides for the autonomy of persons with disabilities or with reduced mobility, in the exercise of their citizenship rights. The set of researches developed by the LACESSE team studies the user-centered design process, considering its participation, as well as a multidisciplinary professional collaboration; in order to guarantee accessibility as an essential category of quality.

La conférence se fera en anglais ; les échanges pourront avoir lieu en anglais, en portugais ou en français.

Contact : Marcele Trigueiro, marcele.trigueiro@gmail.com

Observer et analyser les activités sociales dans l’espace public urbain. Discussions à partir de dispositifs d’enquête in situ – le programme

Jeudi 11 avril 2019, 9h30-12h30, salle 305, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire

Ce séminaire porte sur les activités sociales dans les espaces publics urbains, que ces activités soient individuelles, collectives, privées, publiques, genrées, sacrées, etc. Il intéresse en particulier la manière dont ces activités peuvent être saisies à travers des dispositifs d’enquête in situ comme des observations et des relevées. Comment ces dispositifs sont-ils mis en œuvre ? Quelles difficultés soulèvent-ils ? Quels types de données sont ainsi produits ? De quelles façons ces données sont-elles analysées ? Que disent-elles sur les activités étudiées ?

Programme

Wided GUEDOUDJ (Université de Batna 1 / UMR 5600 EVS), “‘L’entre-deux’ : pour de nouvelles spatialisations des pratiques de l’espace public urbain à Batna”

Amel HARFOUCHE (Centre de Recherche sur l’Habitat-UMR 7218 LAVUE), “Mon genre comme contrainte. Enquête sur les usages des lieux publics en Algérie”

Claire MANDON (UMR 5600 EVS), “Observer la ville par ses objets : temporalités et spatialités des activités sociales urbaines à Lyon et sa périphérie”

Contact : sophie.vareilles@insa-lyon.fr

Observer et analyser les activités sociales dans l’espace public urbain. Discussions à partir de dispositifs d’enquête in situ

Laxe, 2018 ©S. Vareilles

Jeudi 11 avril 2019, 9h30-12h30, salle 305, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séminaire

Ce séminaire porte sur les activités sociales dans les espaces publics urbains, que ces activités soient individuelles, collectives, privées, publiques, genrées, sacrées, etc. Il intéresse en particulier la manière dont ces activités peuvent être saisies à travers des dispositifs d’enquête in situ comme des observations et des relevées. Comment ces dispositifs sont-ils mis en œuvre ? Quelles difficultés soulèvent-ils ? Quels types de données sont ainsi produits ? De quelles façons ces données sont-elles analysées ? Que disent-elles sur les activités étudiées ?

A partir de ces questions, le séminaire a pour objectif notamment de :

  • réexaminer les conditions d’évaluation des données et de montée en généralités à partir de cas particuliers ;
  • discuter la distinction entre enquêtes quantitatives et qualitatives ;
  • confronter des expériences urbaines différentes (centre-ville vs zone industrielle, places vs voirie, France vs Algérie, hommes vs femmes, etc.).

Intervenantes :

Claire MANDON, sociologue, doctorante en géographie, urbanisme et aménagement, UMR 5600 EVS/INSA Lyon

Wided GUEDOUDJ, architecte, maitre assistante, doctorante en architecture, urbanisme et aménagement de l’espace, Institut d’Architecture et d’Urbanisme/Université de Batna 1, UMR 5600 EVS/INSA Lyon

Amel HARFOUCHE, architecte-urbaniste, docteur en urbanisme et aménagement, Université Paris 10/Centre de Recherche sur l’Habitat (CRH)-UMR 7218 LAVUE

Du projet urbain à l’urbanisme comme œuvre d’art : la cité industrielle face à l’Unesco

Les Cafés du LAURE avec Lucie Morisset

Jeudi 15 novembre 2018, 12h45-13h15, Les Cafés du Laure, LAURE-EVS, ENSAL, 3 rue Maurice Audin, 69512 Vaulx-en-Velin

Ces dernières années, un nombre croissant de villes et de cités industrielles planifiées, souvent dites “company towns” en Amérique et dans divers coins du monde, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco : en France, c’est le cas, par exemple, du très vaste ensemble du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dont les milliers d’habitation, les paysages diversifiés et les enjeux de conservation défient l’imagination et interpellent les idéaux patrimoniaux traditionnels, comme les manchettes l’ont récemment rappelé.

Au Québec, parmi les candidates pressenties, se trouve Arvida, crée et construite par l’Aluminum Company of Canada, de 1925 à 1950, qui dispose aujourd’hui du plus haut statut de reconnaissance patrimoniale décerné par les gouvernements du Québec et du Canada et qui, pour l’anecdote historique, reste la plus proche cousine connue de la Cité industrielle de Tony Garnier. Vaste cité conçue sur un territoire de 2400 hectares, Arvida échappe évidemment, comme bon nombre de projets urbains du XXe siècle, à la figure du monument isolé et unique qui anime toujours l’institution patrimoniale, que reflètent d’ailleurs les critères de l’Unesco; pourtant, bien qu’elle en soit un exemplaire exceptionnel, elle appartient clairement à l’héritage du XXe siècle et représente avec panache le legs de la civilisation industrielle à l’histoire planétaire. Comment reconnaître et protéger à leurs juste valeur les projets urbains du XXe siècle dont, au premier plan, ces “company towns” qui ont parsemé la planète? À partir du cas d’Arvida et d’autres cités industrielles planifiées dans le monde, discussion propose de repenser l’urbanisme et les projets urbains “modernes” dans le champ du patrimoine, particulièrement, mais non seulement, à partir de la critérologie du patrimoine mondial, et en tenant compte des défis de conservation que cela soulève pour les collectivités territoriales qui en ont de plus en plus la charge.

Contact : Corine.vedrine@lyon.archi.fr