Archives de catégorie : Séminaire « ouvert »

La figure de « l’usager » bouscule-t-elle l’ingénierie ? Construction et usages de la notion par les acteurs de la fabrique urbaine – lundi 26 mars 2018, programme

Réfection du soutènement en gabions suite à des incivilités. Parc Jacob Kaplan, Lyon, décembre 2015. ©Nina Cossais

Lundi 26 mars 2018, 14h-18h, Salle de la Rotonde, 6ème étage, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Séminaire organisé avec le GRINGAU Groupe de Recherche sur l’Ingénierie en Aménagement et Urbanisme (GRINGAU : https://gringau.wordpress.com/)

Contacts : collectif.gringau@gmail.com  /  nina.cossais@free.fr

Ce séminaire ambitionne d’identifier la manière dont l’ingénierie, au sens large, mobilise ou est mobilisée par la figure de « l’usager » dans le cadre de ses interactions avec les autres acteurs de la fabrique de la ville. Tous ces acteurs mobilisent en effet des « porte-paroles », humains ou non humains, capables de faire exister un « usager » (dont il convient de circonscrire les différentes figures) qui peut avoir voix au chapitre.

Comment cette figure renouvelle-t-elle (ou non) les pratiques des concepteurs, entreprises et de leurs partenaires ? Comment, quand et dans quel but est-elle mobilisée ? Dans quelle mesure modifie-t-elle la distribution des rôles au sein de ce que les acteurs identifient comme une chaîne « amont-aval » des projets ? Correspond-elle à une vision techniciste et permet-elle à une ingénierie « problem solver » de se déployer suite à la définition d’un « besoin » d’un « usager » ? Remet-elle en cause la chaîne des interventions, leur temporalité, la rationalité de la conception en introduisant de nouvelles méthodes qualifiées de bottom up, participatives ou collaboratives ? À quelles normes de comportement fait-elle référence et a contrario à quelles déviances ? Dans quelle mesure met-elle à l’agenda la question de la gestion et des gestionnaires des espaces en production ?

Programme

14h-14h30 : Introduction du séminaire, organisateurs de l’atelier 3 d’EVS, Guillaume Lacroix (LAVUE) et Emma Thébault (Géo-cités)

14h30-15h10 : L’intégration des usagers dans le processus de projet urbain du quartier du Pile à Roubaix, Pauline Chavassieux (EVS)

15h10-15h50 : « Corrigeons Mario Botta » : microtransformations d’une médiathèque trentenaire, Nolwenn Le Goff (EVS)

Discutants : Matthieu Adam (LAET – EVS) et Silvère Tribout (PACTE)

Pause

16h10-16h50 : L’usager, perturbateur de la ville fabriquée ?, Sebastien Ah-Leung (EVS) et Nina Cossais (CITERES – EVS)

16h50-17h30 : L’ingénierie au prisme des figures de « l’usager », Nicolas Bataille (CITERES – AAU CRENAU), Guillaume Lacroix (LAVUE) et Sarah Thiriot (PACTE)

Discutants : Matthieu Adam (LAET – EVS) et Silvère Tribout (PACTE)

17h30-17h45 : Débat, conclusion

17h45-18h : Point de vue d’un grand témoin professionnel : Laurence Roux-Moschetto (Métropole de Lyon)

Plus d’informations et résumé des interventions ici

La figure de « l’usager » bouscule-t-elle l’ingénierie ? Construction et usages de la notion par les acteurs de la fabrique urbaine

Réfection du soutènement en gabions suite à des incivilités. Parc Jacob Kaplan, Lyon, décembre 2015. ©Nina Cossais

Lundi 26 mars 2018, 14h-18h, Salle de la Rotonde, 6ème étage, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Séminaire organisé avec le Groupe de Recherche sur l’Ingénierie en Aménagement et Urbanisme (GRINGAU : https://gringau.wordpress.com/)

Contacts :  collectif.gringau@gmail.com  /  nina.cossais@free.fr

Le GRINGAU découle de la volonté de questionner à nouveaux frais les évolutions de l’ingénierie dans le champ de l’aménagement, l’urbanisme et la construction. Dans ce cadre, nous avons souhaité initier un cycle de séminaires itinérants auprès de laboratoires français en SHS. Après une séance au LAVUE à Paris sur le rapport de l’ingénierie au(x) client(s) et une séance au CRENAU à Nantes sur le rapport entre recherche en SHS et ingénierie, nous organisons une séance à EVS sur la mobilisation des figures de « l’usager » dans les processus de l’ingénierie urbaine.

Les séminaires précédents du GRINGAU ont mis en avant l’hétérogénéité, voire le flou du terme d’« ingénierie » dans la fabrique de la ville. Selon les acceptions, peu ou prou liées à l’idée d’une approche « technique » et rationnelle, elle recouvre des acteurs variés, inscrits à l’amont (définition, conception) ou à l’aval (gestion, appropriation) des processus de projet. Dans le cadre des marchés publics et privés, on pourrait notamment identifier à cette catégorie mouvante les bureaux d’études et de conseils, les services des collectivités et même certaines entreprises de travaux. Traversant les groupes de professionnels, des prémisses d’une politique urbaine aux usages de l’espace produit, l’ingénierie vient cependant rencontrer une figure émergente et désormais incontournable de ce domaine : la figure de « l’usager ». L’ingénierie se trouve en effet à l’articulation entre un maître d’ouvrage exprimant une volonté d’aménager (souvent identifié à un « besoin »), et les attentes et contraintes de ceux qui interagiront avec ces espaces, qu’ils soient notamment considérés comme futurs usagers ou gestionnaires.

Ce séminaire ambitionne d’identifier la manière dont l’ingénierie, au sens large, mobilise ou est mobilisée par cette figure de « l’usager » dans le cadre de ses interactions avec les autres acteurs de la fabrique de la ville. Tous ces acteurs mobilisent en effet des « porte-paroles », humains ou non humains, capables de faire exister un « usager » (dont il convient de circonscrire les différentes figures) qui peut avoir voix au chapitre.

Continuer la lecture

Séminaire « L’usage du concept de ‘territoires de l’attente’ dans les études sur les déplacements humains »

Fritz Freudenheim, Von der alten Heimat zu der neuen Heimat!, 1938 © Jewish Museum, Berlin

Mardi 14 novembre 2017, 9h-12h, Amphi B, Université Lyon 2, campus de Bron

Intervention de Laurent Vidal, Université de la Rochelle/Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine/Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique

Séminaire organisé avec l’atelier 6 et la composante Corps Travail Territoire (CTT) de l’UMR

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente. Cette conférence présentera les conclusions de l’ANR TERRIAT (« Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2015), la multiplicité de formes que revêtent les territoires de l’attente, leurs statuts, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Biographie de Laurent Vidal

Laurent Vidal, né en 1967, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble et titulaire d’un doctorat en histoire (IHEAL-Paris III). Il est Professeur des Universités en histoire à l’Université de La Rochelle et Directeur de Recherche à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine (Université de Paris III). Il est également directeur-adjoint du Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique. Il a été professeur invité de l’Université Fédérale de Goiás (Brésil, 2000), de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (2008, 2017) et de l’Université d’Etat de São Paulo (2011).

Continuer la lecture

Séminaire « Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner »

Mercredi 11 mai 2016, 14h-17h, IUT Lyon 3, salle 104, 88 rue Pasteur , 69007 Lyon

Séminaire autour de l’ouvrage d’Anne Raulin paru aux éditions le Bord de l’Eau, 2016. Intervention d’Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense)

Séminaire conjoint avec l’atelier 6

L’après-Seconde Guerre mondiale a vu aux Etats-Unis une mobilisation des sciences humaines – associant chercheurs européens (Adorno, Horkheimer, etc.) et américains – dans le but de comprendre les causes de l’antisémitisme et du racisme et leurs conséquences sur la société. Dans ce contexte, Kardiner, psychanalyste formé auprès de Freud et promoteur du rapprochement entre psychanalyse et anthropologie, a cherché à mesurer l’impact de la hiérarchie raciale et sociale sur le psychisme et dans l’inconscient de ceux qu’elle opprime. Inventant une méthodologie psychobiographique entre cure analytique et enquête sociale, il en révèle les effets dévastateurs dans la relation entre Noirs et Blancs.

Afin de donner à cette œuvre sa puissance d’interpellation, Anne Raulin a établi une biographie originale de Kardiner, en l’inscrivant dans sa synergie intellectuelle entre Harlem Renaissance et Black Empowerment.

Articuler anthropologie, sociologie et psychanalyse dans l’approche des questions communes aux grandes métropoles contemporaines, aux Etats-Unis comme ailleurs, semble plus que jamais nécessaire. En France tout particulièrement, cette conception d’un rapport dynamique entre individus et sociétés avait pu inspirer des auteurs aussi divers que Merleau-Ponty, Balandier, Bastide ou Bourdieu et, à sa façon, Simone de Beauvoir.

L’actualité ne donne-t-elle pas à l’œuvre pionnière de Kardiner un nouvel écho ?

Anne Raulin est professeure à l’Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense. Spécialiste d’anthropologie urbaine, elle a publié plusieurs ouvrages. Ses recherches ont porté alternativement sur New York et Paris, les temporalités et les minorités urbaines. Elle s’attache aussi à situer la personnalité d’auteur-e-s qui ont en leur temps transformé l’exercice de l’anthropologie.

Site de l’éditeur : http://www.editionsbdl.com/fr/books/les-traces-psychiques-de-la-domination.-essai-sur-kardiner/534/