Archives mensuelles : mai 2018

Publications de l’atelier 3 – juillet-décembre 2017

  

Par ordre alphabétique du premier auteur

Bafghinia M., 2017, « ‘Où va Montréal ?’ contribution à la table ronde », ARQ, pp 30-35.

Bafghinia M., 2017, « Concevoir une abbaye contemporaine : le silence a la parole ! L’Abbaye cistercienne (ancienne abbaye d’Oka) », Catalogue des concours canadiens/Canadian Competition Catalogue, disponible sur : http://www.ccc.umontreal.ca/editorial.php?lang=fr&eId=1041

Chevalier D., 2017, Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah, Paris, Édition L’Harmattan, collection Géographie et cultures

Goyon M., Dahlem F., Guy B. (dir.), 2017,  ASCL 2016. Quatrièmes Ateliers sur la contradiction : expérience, expertise, expérimentation, Paris, Presses des Mines – présentation sur : https://www.pressesdesmines.com/produit/aslc-2016/

Gras P., 2017, « Mondialisation et standardisation : le cas des métropoles portuaires », Les Annales de la Recherche Urbaine, n°113-décembre 2017, dossier « La ville standardisée »

Gras P., 2017, « Une ville confrontée aux défis de la modernisation des transports publics », Diagonal, n°200-juillet 2017, pp. 26-29

Continuer la lecture

Habiter les tours résidentielles : entre pratiques et représentations

Vendredi 22 juin 2018, 9h-17h, rue Chevreul, 69007 Lyon (salle à préciser)

Journée d’étude et atelier « Habiter les tours résidentielles : entre pratiques et représentations », organisée dans le cadre de la chaire Habiter Ensemble la Ville de Demain et des ateliers 3 et 6 de l’UMR 5600 EVS

Le cas des tours résidentielles, plus nombreuses et paradoxalement moins analysées que les tours de bureaux, dépeintes pour la plupart en tant qu’emblèmes d’un néo-libéralisme économique global (Dideln, 2010; Graham, 2015), invite aujourd’hui plus que jamais à « ouvrir les géographies de la ville tridimensionnelle » (Harris, 2014). (Re)trouvant une légitimité auprès des promoteurs et des municipalités comme avatars privilégié de la verticalisation, les tours résidentielles, plus que des artefacts, apparaissent comme des objets relationnels. La verticalité devient alors le produit d’une construction entre l’habitant et son environnement (Jacobs, 2005; Baxter, 2017), mobilisant pratiques, représentations et imaginaires. Face aux grilles d’analyse de l’urbain traditionnellement horizontales (Harris, 2014; Baxter, 2017), un « habiter vertical » spécifique en résulterait-il?

Cette journée d’étude, vouée à des échanges entre chercheurs, praticiens et étudiants, dans une perspective pluridisciplinaire, a pour ambition d’apporter des éléments de réponse et de fournir de nouvelles pistes de réflexion théoriques et méthodologiques à cette caractérisation des modes d’habiter de la ville verticale.

Liste des intervenants : Manuel Appert, Loïc Bonneval, Aurélien Gentil, Alexandre Chabardès, Louise Dorignon, Michel Lussault, Geoffrey Mollé

Inscription avant le 30 mai 2018 par mail à : Geoffrey.Molle@univ-lyon2.fr

Plus d’informations ici