Archives mensuelles : octobre 2018

Du projet urbain à l’urbanisme comme œuvre d’art : la cité industrielle face à l’Unesco

Les Cafés du LAURE avec Lucie Morisset

Jeudi 15 novembre 2018, 12h45-13h15, Les Cafés du Laure, LAURE-EVS, ENSAL, 3 rue Maurice Audin, 69512 Vaulx-en-Velin

Ces dernières années, un nombre croissant de villes et de cités industrielles planifiées, souvent dites « company towns » en Amérique et dans divers coins du monde, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco : en France, c’est le cas, par exemple, du très vaste ensemble du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dont les milliers d’habitation, les paysages diversifiés et les enjeux de conservation défient l’imagination et interpellent les idéaux patrimoniaux traditionnels, comme les manchettes l’ont récemment rappelé.

Au Québec, parmi les candidates pressenties, se trouve Arvida, crée et construite par l’Aluminum Company of Canada, de 1925 à 1950, qui dispose aujourd’hui du plus haut statut de reconnaissance patrimoniale décerné par les gouvernements du Québec et du Canada et qui, pour l’anecdote historique, reste la plus proche cousine connue de la Cité industrielle de Tony Garnier. Vaste cité conçue sur un territoire de 2400 hectares, Arvida échappe évidemment, comme bon nombre de projets urbains du XXe siècle, à la figure du monument isolé et unique qui anime toujours l’institution patrimoniale, que reflètent d’ailleurs les critères de l’Unesco; pourtant, bien qu’elle en soit un exemplaire exceptionnel, elle appartient clairement à l’héritage du XXe siècle et représente avec panache le legs de la civilisation industrielle à l’histoire planétaire. Comment reconnaître et protéger à leurs juste valeur les projets urbains du XXe siècle dont, au premier plan, ces « company towns » qui ont parsemé la planète? À partir du cas d’Arvida et d’autres cités industrielles planifiées dans le monde, discussion propose de repenser l’urbanisme et les projets urbains « modernes » dans le champ du patrimoine, particulièrement, mais non seulement, à partir de la critérologie du patrimoine mondial, et en tenant compte des défis de conservation que cela soulève pour les collectivités territoriales qui en ont de plus en plus la charge.

Contact : Corine.vedrine@lyon.archi.fr

L’expérience urbaine vue par trois chercheurs brésiliens : Katia Canova, Edson Leite Ribeiro, Marcele Trigueiro

Brasilia, 2007 ©J.-Y. Toussaint

Séminaire

Jeudi 20 décembre 2018, 9h-12h, salle 604, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Ce séminaire porte sur l’expérience urbaine brésilienne à partir des recherches de 3 chercheurs brésiliens, actuellement hébergés au sein de notre laboratoire : Katia Canova (USP), Edson Leite Ribeiro (Centro Universitário Euro Americano – UNIEURO/Ministério das Cidades) et Marcele Trigueiro (UFPB). Il a pour objectif d’informer sur la situation urbaine brésilienne, de donner à voir des travaux de chercheurs brésiliens et d’esquisser des confrontations entre des expériences et des cadres d’analyses pluriels. 

Interventions

Katia Canova, « L’urbanité et l’utilisation des SIG dans la planification urbaine locale – Construction d’une méthodologie pour choisir les lieux d’application de la troisième phase du programme Centro Aberto (SPUrbanismo) à la ville de São Paulo »

Edson Leite Ribeiro, « Projets et travaux publics sur le logement social et urbanité : les cas de l’urbanisation de l’ensemble de  favelas do Alemão – Rio de Janeiro et du parc de logement social Paranoa – Brasilia »

Marcele Trigueiro, « Le défi de l’urbanité face à la marchandisation de l’espace urbain. Une étude de cas, à João Pessoa – Brésil » 

Accueil de Katia Canova, août 2018-janvier 2019

Katia Canova ©Canova, 2018

Accueil de Katia Canova (Université de São Paulo), août 2018-janvier 2019

Katia Canova est architecte urbaniste, titulaire d’une licence et d’un master de la Faculté d’Architecture et Urbanisme de l’Université du São Paulo (FAU-USP). Elle a suivi une spécialisation en design urbain à la PUCCAMP (Université catholique de Campinas)  avant de commencer son doctorat de géographie humaine à la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo (FFLCH-USP) sous la direction de Fernanda Padovesi Fonseca en 2015.

En poste à SP Urbanismo (autorité liée à la mairie de São Paulo) depuis 2011, Katia Canova fait partie d’un groupe responsable de l’élaboration du nouveau Plan Master/Zonage et des planifications locales dans les Préfectures Régionales de São Paulo. 

Dans le cadre de son doctorat, Katia Canova est actuellement accueillie par la composante CRGA d’EVS et ce jusqu’au 31 janvier 2019, avec un financement de la CAPES

Contact : katia.canova@usp.br

Accueil d’Edson Leite Ribeiro, septembre 2018-juillet 2019

Le quartier des Minguettes, Vénissieux, 2018 ©E. Leite Ribeiro

Accueil d’Edson Leite Ribeiro (Ministério das Cidades, Secretaria Nacional da Habitação / Centro Universitário Euro Americano-UNIEURO), 1er septembre 2018-9 juillet 2019

La composante INSA d’EVS accueille pour l’année scolaire 2018-2019 Edson Leite Ribeiro, Professeur d’Urbanisme au Centro Universitário Euro Americano-UNIEURO et membre du Ministério das Cidades, Secretaria Nacional da Habitação (Ministère des villes / Secrétaire National du Logement).

M. Leite Ribeiro mène actuellement un projet de recherche sur les politiques d’habitation et leurs influences sur le fonctionnement des villes et la structure urbaine. Ce projet implique une comparaison entre le Brésil, la France et l’Italie et porte en particulier sur les zones métropolitaines de tailles moyennes : Campinas (São Paulo, Brésil), Turin (Piémont, Italie) et Lyon (Rhône-Alpes, France)

Il a pour ambition d’évaluer les effets des différentes politiques nationales de logement, de la production de logements sociaux et du marché du logement spéculatif sur la structuration de l’espace urbain, de manière comparative, dans les trois villes étudiées, en identifiant les facteurs négatifs pour l’harmonie entre les politiques urbaines et sociales et la qualité de l’espace dans le système urbain.

Contact : edlribeiro@gmail.com

L’œil de la recherche. Les mutations urbaines de l’agglomération lyonnaise (1978-2018) sous le regard d’une chercheure-photographe

Exposition – Photographies Anne-Sophie Clémençon

L’exposition se tient  à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Site René Descartes, 15 parvis Descartes, Lyon (métro Debourg), du 11 octobre au 4 décembre 2018 à la Galerie Artemisia, prolongation jusqu’au 6 janvier 2019 sur les grilles extérieures avenue Jean Jaurès

Cette exposition présente le fonds photographique que l’historienne de l’architecture et des formes urbaines, Anne-Sophie Clémençon, a constitué sur l’agglomération lyonnaise pendant 40 ans. Le propos est de mettre en valeur la notion de bases de données photographiques des chercheurs en sciences humaines, à la fois outil scientifique et pédagogique, mais aussi travail photographique à part entière.

Continuer la lecture