Archives par étiquette : Algérie

Accueil de Wided Guedoudj, 3-17 mars 2018

Wided Guedoudj ©Guedoudj

Accueil de Wided GUEDOUDJ, LACOMOFA/Université de Biskra, Institut d’Architecture et d’Urbanisme/Université de Batna 1, 3-17 mars 2018

La composante INSA d’EVS accueille, du 3 au 17 mars 2018, Wided Guedoudj, architecte, enseignante «maitre assistante » à l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de Batna 1.

Mme Guedoudj est chercheure affiliée au Laboratoire de COnception et de MOdélisation des Formes Architecturales et urbaines (LACOMOFA) à l’université de Biskra en Algérie. Elle est également chercheure associée au Laboratoire de Psychologie de l’Usager de la Route (LPUR) à l’université de Batna 1 (Algérie).

Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en architecture, urbanisme et aménagement de l’espace sur les usages et les pratiques locales des espaces publics urbains à travers l’appropriation des objets et des dispositifs techniques et spatiaux quotidiens de l’urbain.

Site du LPUR : http://lab.univ-batna.dz/lpur/

Site de l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de Batna 1 : http://archi.univ-batna.dz/

Contact : widedguedoudj@yahoo.fr

Séminaire « Les places publiques à Batna : enjeux, logiques et moyens d’une rationalisation spatiale urbaine. Réflexion sur le renouvellement urbain des espaces publics face à l’étalement urbain »

Vue sur les anciennes places de Batna ©Nadhir Benfredj, nd

Mardi 31 janvier 2017, 10h30-12h30, INSA Lyon, salle Géologie, 3ème étage, Bât. J.C.A. Coulomb, Villeurbanne

Intervention de Wided GUEDOUDJ, Institut d’architecture et d’urbanisme, Université de Batna, Algérie

L’idée de reprendre la recherche sur les places publiques de la ville de Batna s’appuie sur une recherche préalable de magistère sur les places du noyau colonial de la ville, dans laquelle nous avons questionné la continuité spatiale « proximité », la sociabilité et l’accueil de l’évènementiel.

Nous avons remarqué que les places dites centrales étudiées s’inscrivent aujourd’hui dans des parcours urbains qui favoriseraient le déplacement piétonnier et un usage agréable du réseau central-péricentral. Les places s’insèrent dans un système défini par l’ensemble des places du centre colonial et celles des quartiers environnants, ainsi que les grands axes structurants, allées et voies secondaires. Cela dit, elles ne communiquent pas et créent une sorte de seuils et de ruptures spatiales fonctionnelles.

Nous espérons trouver, à travers cette recherche, un moyen de réinterpréter les espaces publics à Batna et de les rendre plus agréables à utiliser. Nous envisagerons ces espaces, victimes de la diffusion spatiale galopante, à travers un questionnement sur le centre, la centralité, l’urbanité et l’appropriation de sens entre le duel « ville nouvelle/ nouvelle ville » face à la métropolisation.

Continuer la lecture