Archives par étiquette : Arménie

The first repatriation (1920-30) and it’s influence on the urban planning and architecture of Yerevan

Les migrations des rescapés de 1915 vers l’Est – fond de carte issu des archives nationales, retravaillé par E.Harutunyan

Lundi 19 novembre 2018, 14h-16h, salle 604, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Intervention d’Emma HARUTYUNYAN, PhD, Associate professor, National University of Architecture and Construction of Armenia

Séminaire conjoint avec l’atelier 6

Contact : Suzanne Monnot, suzanne.monnot@lyon.archi.fr

Détail de façade : « oriel » à l’ancienne Arabkir (dans l’actuelle Turquie) ©R. Petrossyan

The Armenian Diaspora began to be formed from Middle Ages, but it has more increased after a Genocide. Stopping in the different countries, the builder Armenians have created the big and small colonies, were accepted to construction of the habitation, the centers of belief and education. But the true native land has remained in hearts of people, the homesickness which has increased in mass repatriation has appeared. The Soviet Armenia was considered as the sacred Native land of all Armenians.

Lausanne conference in 1922-1923 became solving in orientation to the Soviet Armenia after which,due to diligence of the western powers and Turkey, the Armenian Question appeared in impasse.

Continuer la lecture

Constructions et architectures en terre – manifestations 2016 (2/2)

Immeuble de grande hauteur en pisé de terre crue ©Anne-Sophie Clémençon, nd

Samedi 17 septembre 2016, 14h, musée des Confluences, 86 quai Perrache, 69002 Lyon / tél. : (+33) 04 28 38 11 90

Retour sur l’inventaire participatif du patrimoine en terre du Grand Lyon

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine

Participants :

  • Catherine Bodet, musée des Confluences,
  • Anne-Sophie Clémençon, CNRS, laboratoire Environnement Ville Société
  • Magali Delavenne, Inventaire général du patrimoine culturel d’Auvergne-Rhône-Alpes
  • Emmanuel Mille, architecte, DSA Architecture

Fait peu connu, la capitale des Gaules présente la plus grande concentration de constructions urbaines en terre d’Europe, avec plusieurs milliers de bâtiments. Certains sont parfois de grande hauteur : de nombreux immeubles canuts ont des murs pignon en terre de plus de 20 mètres de haut ! Bien que présente dans la plupart des quartiers de l’agglomération, le patrimoine en terre y reste méconnu car le matériau est systématiquement caché par des enduits. Cette méconnaissance pose de nombreux problèmes de conservation, les habitants ignorant souvent la présence de la terre dans leur habitation, matériau sensible à l’humidité. Pour mieux connaître ce patrimoine caché et sensibiliser les Grands Lyonnais, Emmanuel Mille a initié un inventaire participatif.

Vous avez été nombreux à collaborer au projet de l’inventaire participatif des constructions en pisé de terre à Lyon et dans sa banlieue. Après six mois d’existence de la plateforme, et avant son transfert à d’autres partenaires culturels, les intervenants souhaitent recueillir vos impressions sur ce dispositif, partager les premiers résultats et évoquer les nombreux projets à venir.

Retrouvez l’inventaire participatif sur : www.patrimoine-terre-lyonnais.museedesconfluences.fr

Retrouvez la manifestation dans le programme des Journées européennes du patrimoine au musée des Confluences sur : http://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/retour-sur-l’inventaire-participatif-du-patrimoine-en-terre-du-grand-lyon

Contact : Anne-Sophie Clémençon, anne-sophie.clemencon@ens-lyon.fr

 

Constructions et architectures en terre – manifestations 2016 (1/2)

Mercredi 6 janvier 2016, 12h15-13h45, ENS Lyon, salle R212, site René Descartes, bât. Recherche, 15 parvis Descartes, 69007 Lyon

Séminaire Bio-Géophile

Intervention de Suzanne Monod, « Constructions et Architectures de terre en Arménie. Reconnaissance et patrimonialisation pour le développement des territoires (Etat d’avancement de thèse) »

L’Arménie a un passé constructif en terre dont l’avenir est menacé dans la période actuelle de « dé-soviétisation ». C’est aussi un des rares pays où les constructions en terre sont peu connues (contrairement au patrimoine en pierre). Pourtant, les fouilles archéologiques confirment la présence d’un patrimoine monumental remarquable en adobes  (Erébouni, Karmir Blour, Armavir). Parallèlement  l’habitat vernaculaire en terre existe, même s’il est moins identifié. Malgré la disparition de quartiers anciens, il est encore possible de déceler des habitats révélant des principes de construction en terre.

Avec le constat que ces cultures constructives disparaissent en Arménie, le projet de la thèse est d’articuler patrimoine archéologique et habitat contemporain. En effet, dans l’Arménie d’aujourd’hui, l’intérêt accordé aux chantiers archéologiques monumentaux et à leur conservation rejaillira sur le regard accordé à l’architecture de terre contemporaine et le revalorisera. La sensibilisation au patrimoine archéologique (architectures savantes) et à sa conservation/valorisation devrait renouveler le regard et les pratiques vis-à-vis d’un héritage vernaculaire et réactiver des savoir-faire en ouvrant des possibilités originales pour les constructions contemporaines. Seront présentés les particularités  de ce patrimoine d’architectures de terre et les débuts de mise en place de chantiers participatifs impliquant les partenaires locaux.

Suzanne Monod est enseignante à l’Ecole Nationale d’Architecture de Lyon et doctorante.

Contact : Anne-Sophie Clémençon, anne-sophie.clemencon@ens-lyon.fr