Archives par étiquette : patrimoine

Du projet urbain à l’urbanisme comme œuvre d’art : la cité industrielle face à l’Unesco

Les Cafés du LAURE avec Lucie Morisset

Jeudi 15 novembre 2018, 12h45-13h15, Les Cafés du Laure, LAURE-EVS, ENSAL, 3 rue Maurice Audin, 69512 Vaulx-en-Velin

Ces dernières années, un nombre croissant de villes et de cités industrielles planifiées, souvent dites « company towns » en Amérique et dans divers coins du monde, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco : en France, c’est le cas, par exemple, du très vaste ensemble du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, dont les milliers d’habitation, les paysages diversifiés et les enjeux de conservation défient l’imagination et interpellent les idéaux patrimoniaux traditionnels, comme les manchettes l’ont récemment rappelé.

Au Québec, parmi les candidates pressenties, se trouve Arvida, crée et construite par l’Aluminum Company of Canada, de 1925 à 1950, qui dispose aujourd’hui du plus haut statut de reconnaissance patrimoniale décerné par les gouvernements du Québec et du Canada et qui, pour l’anecdote historique, reste la plus proche cousine connue de la Cité industrielle de Tony Garnier. Vaste cité conçue sur un territoire de 2400 hectares, Arvida échappe évidemment, comme bon nombre de projets urbains du XXe siècle, à la figure du monument isolé et unique qui anime toujours l’institution patrimoniale, que reflètent d’ailleurs les critères de l’Unesco; pourtant, bien qu’elle en soit un exemplaire exceptionnel, elle appartient clairement à l’héritage du XXe siècle et représente avec panache le legs de la civilisation industrielle à l’histoire planétaire. Comment reconnaître et protéger à leurs juste valeur les projets urbains du XXe siècle dont, au premier plan, ces « company towns » qui ont parsemé la planète? À partir du cas d’Arvida et d’autres cités industrielles planifiées dans le monde, discussion propose de repenser l’urbanisme et les projets urbains « modernes » dans le champ du patrimoine, particulièrement, mais non seulement, à partir de la critérologie du patrimoine mondial, et en tenant compte des défis de conservation que cela soulève pour les collectivités territoriales qui en ont de plus en plus la charge.

Contact : Corine.vedrine@lyon.archi.fr

Constructions et architectures en terre – manifestations 2016 (2/2)

Immeuble de grande hauteur en pisé de terre crue ©Anne-Sophie Clémençon, nd

Samedi 17 septembre 2016, 14h, musée des Confluences, 86 quai Perrache, 69002 Lyon / tél. : (+33) 04 28 38 11 90

Retour sur l’inventaire participatif du patrimoine en terre du Grand Lyon

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine

Participants :

  • Catherine Bodet, musée des Confluences,
  • Anne-Sophie Clémençon, CNRS, laboratoire Environnement Ville Société
  • Magali Delavenne, Inventaire général du patrimoine culturel d’Auvergne-Rhône-Alpes
  • Emmanuel Mille, architecte, DSA Architecture

Fait peu connu, la capitale des Gaules présente la plus grande concentration de constructions urbaines en terre d’Europe, avec plusieurs milliers de bâtiments. Certains sont parfois de grande hauteur : de nombreux immeubles canuts ont des murs pignon en terre de plus de 20 mètres de haut ! Bien que présente dans la plupart des quartiers de l’agglomération, le patrimoine en terre y reste méconnu car le matériau est systématiquement caché par des enduits. Cette méconnaissance pose de nombreux problèmes de conservation, les habitants ignorant souvent la présence de la terre dans leur habitation, matériau sensible à l’humidité. Pour mieux connaître ce patrimoine caché et sensibiliser les Grands Lyonnais, Emmanuel Mille a initié un inventaire participatif.

Vous avez été nombreux à collaborer au projet de l’inventaire participatif des constructions en pisé de terre à Lyon et dans sa banlieue. Après six mois d’existence de la plateforme, et avant son transfert à d’autres partenaires culturels, les intervenants souhaitent recueillir vos impressions sur ce dispositif, partager les premiers résultats et évoquer les nombreux projets à venir.

Retrouvez l’inventaire participatif sur : www.patrimoine-terre-lyonnais.museedesconfluences.fr

Retrouvez la manifestation dans le programme des Journées européennes du patrimoine au musée des Confluences sur : http://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/retour-sur-l’inventaire-participatif-du-patrimoine-en-terre-du-grand-lyon

Contact : Anne-Sophie Clémençon, anne-sophie.clemencon@ens-lyon.fr

 

Constructions et architectures en terre – manifestations 2016 (1/2)

Mercredi 6 janvier 2016, 12h15-13h45, ENS Lyon, salle R212, site René Descartes, bât. Recherche, 15 parvis Descartes, 69007 Lyon

Séminaire Bio-Géophile

Intervention de Suzanne Monod, « Constructions et Architectures de terre en Arménie. Reconnaissance et patrimonialisation pour le développement des territoires (Etat d’avancement de thèse) »

L’Arménie a un passé constructif en terre dont l’avenir est menacé dans la période actuelle de « dé-soviétisation ». C’est aussi un des rares pays où les constructions en terre sont peu connues (contrairement au patrimoine en pierre). Pourtant, les fouilles archéologiques confirment la présence d’un patrimoine monumental remarquable en adobes  (Erébouni, Karmir Blour, Armavir). Parallèlement  l’habitat vernaculaire en terre existe, même s’il est moins identifié. Malgré la disparition de quartiers anciens, il est encore possible de déceler des habitats révélant des principes de construction en terre.

Avec le constat que ces cultures constructives disparaissent en Arménie, le projet de la thèse est d’articuler patrimoine archéologique et habitat contemporain. En effet, dans l’Arménie d’aujourd’hui, l’intérêt accordé aux chantiers archéologiques monumentaux et à leur conservation rejaillira sur le regard accordé à l’architecture de terre contemporaine et le revalorisera. La sensibilisation au patrimoine archéologique (architectures savantes) et à sa conservation/valorisation devrait renouveler le regard et les pratiques vis-à-vis d’un héritage vernaculaire et réactiver des savoir-faire en ouvrant des possibilités originales pour les constructions contemporaines. Seront présentés les particularités  de ce patrimoine d’architectures de terre et les débuts de mise en place de chantiers participatifs impliquant les partenaires locaux.

Suzanne Monod est enseignante à l’Ecole Nationale d’Architecture de Lyon et doctorante.

Contact : Anne-Sophie Clémençon, anne-sophie.clemencon@ens-lyon.fr